"Régression" était initialement le titre de mon article mais au fur et à mesure que je l'écrivais, c'est "Frustration" qui lui collait le plus.

"Pourquoi ?" vous allez me dire. Parce qu'il est arrivé un incident ou plutôt même accident dont je me serais bien passée.

C'était un juste un repas de famille, tout ce qu'il y a de plus banal, des cousines, un petit cousin qui fêtait son premier anniversaire, des oncles et des tantes, des parents, des beaux-parents, bref, le décor idéal pour passer un bon moment.

Une chasse aux oeufs, des dessins à la craie sur le béton, des cueillettes de fleurs, bref des jeux d'enfants...

Et puis la "chose" est arrivée ou comment un simple jeu de balançoire entre deux cousines de 7 ans (2 mois les séparent) tourne à la catastrophe...'(Je soupçonne ces deux complices d'avoir inventé des règles qui sortent de l'ordinaire...)

Bref, une des cousines rentre en courant en disant et je vous le donne dans le mille que Miss S est tombée, suivie de la dite Miss S en pleurs.

Je la regarde sous toutes les coutures, elle est consciente, pas de sang, elle bouge les bras, les jambes, les épaules mais se plaint quand même d'avoir mal aux bras. Elle pleure de douleur ou de peur, je ne sais pas, je ne sais plus, mon sang ne fait qu'un tour, j'ai subitement très très chaud, je suis à deux doigts de m'évanouir, je m'asseois quelques secondes, suffisamment pour que la panique sorte de mon corps et ma puce qui hurle encore et encore...Une tante et le beau-père de mon frère l'auscultent (tous deux dans le domaine médical). A première vue rien d'alarmant sans doute une grosse frayeur. Mais mon petit coeur de Maman n'est pas rassuré, mon instinct m'incite à l'emmener aux urgences...Mister P veut l'emmener aux urgences près de chez nous mais non je ne pouvais pas attendre les 2h de route à faire et surtout de l'entendre hurler pendant tout ce temps. Je l'emmène aux urgences à 10 min de chez mes parents. ça fait bizarre de se dire que je suis née dans cet hôpital...

A peine ai-je le temps de m'asseoir qu'on nous appelle aussitôt pour voir ce qu'il ne va pas. L'infirmière tente de savoir mais Miss S ne se laisse pas facilement faire. Elle aussi pense à un gros coup de peur, je me laisse un peu convaincre. Le docteur arrive, Miss S lui dit qu'elle a mal aux avant-bras et on l'emmène à la radio, cliché du droit, puis cliché du gauche, rien d'anormal à l'écran selon l'infirmier mais le docteur détecte quelque chose et on retourne à la radio pour voir plus haut, au niveau des coudes et là, cri de douleur, ma fille a trop mal quand on manipule ses coudes...verdict : "légère" fracture des coudes. On lui fait 1 attèle à chaque coude avec un demi-platre par le dessous et on me demande de revenir mardi pour une consultation. Je leur explique qu'on n'est là que pour la journée...Nous pouvons consulter un spécialiste dans notre lieu de résidence.

plâtre 2017

Et le début de notre long périble commence : elle ne peut plus monter toute seule dans la voiture, et encore moins s'attacher...

On repasse vite fait chez mes parents avec l'opération pipi avant de reprendre la route et là aussi, elle ne peut le faire seule...

Nous voilà de retour à la maison, j'envoie un message à mon pédiatre pour qu'il me donne le nom d'un confrère chirurgien.

Et le quotidien qui était pourtant à peu près simple devient plus compliqué, ma doudouce ne peut vraiment plus rien faire toute seule, je lui donne à manger, je l'emmène aux toilettes, je lui brosse les dents, je l'aide à se déhabiller et à se coucher...

Et puis la nuit, ma poulette trouve difficilement le sommeil, ses coudes lui font mal, je lui donne du doliprane toutes les 6 heures, avec son petit 20 kg, elle me vide toute la bouteille de sirop en une journée...le lundi ça va un peu mieux mais elle ne peut pas faire grand chose alors mère indigne, je la mets devant un dessin animée à la télé...Papy passe nous voir et Julia veut jouer avec lui, on lui sort la boîte de 100 jeux et elle fait une partie de dames puis une partie de petits chevaux avec lui. Je remarque qu'elle ne bouge pas son bras droit mais qu'elle utilise le gauche en contre-partie (Vous l'aurez compris, elle est droitière). La nuit se passe mieux même si elle a du mal à trouver une position idéale avec ses deux plâtres.

Le lendemain, j'appèle le confrère de mon pédiatre qui manque de bol est en vacances ! Mon pédiatre me donne un autre nom mais il ne consulte pas le mardi...j'appelle par dépit le CHU qui limite me rit au nez pour avoir un RDV le jour même "Passez par les urgences mais ce n'est pas dit que vous ayez un RDV." "Non sans dec..." me dis-je. J'appelle donc mon pédiatre qui prend le relais et m'obtient un RDV le lendemain en fin d'après-midi avec l'un de ses confrères.

Quand on est allé chercher son écharpe à la pharmacie, on est reparti qu'avec une écharpe car on ne savait pas comment faire pour lui mettre les deux. On a opté pour le droit plus fragilisé que le gauche mais je surveille quand même qu'elle ne sollicite pas trop le gauche.

J'essaie tant bien que mal de trouver des activités (Par chance, je suis en vacances, je me voyais mal laisser ma puce comme ça chez sa nounou même si je sais qu'elle s'en serait occupée comme un chef). Mais ce n'est pas si simple quand vous avez une petite fille de 7 ans immobilisée des deux bras...et quand on regarde sur le net c'est souvent pour un bras plâtré mais pas les deux...

On a donc fait des sablés, de la peinture, du sablimage, une sortie ciné et il faut se l'avouer beaucoup de télé et de DVD...

activités

Et pour l'habillage, j'ai fait avec les moyens du bord soit mes T-Shirts et une paire d'élastiques pour resserrer au niveau des épaules, un gilet court pour que ça ne traine pas parterre...

Et elle a voulu aller dans le jardin pour faire du vélo et du toboggan...

Nous sommes sortis profiter du soleil mais elle s'est isolée sur la chaise et j'ai eu mal à mon petit coeur de Maman, impuissante parce que ma grande fille ne pouvait plus s'amuser comme avant, elle enviait sans doute sa soeur qui montait et descendait du toboggan toute seule...Après quelques larmes sur son doux visage, je l'ai hissé en haut du toboggan pour qu'elle puisse glisser seule (en prenant soin de bien mettre ses bras contre son corps). On l'a refait et refait encore et même si à chaque fois, elle me paraissait plus lourde (j'avais tout son poids contre moi vu qu'elle ne grimpait qu'avec les jambes), je prenais sur moi car de nouveau elle avait le sourire et elle s'amusait comme sa soeur, elle a aussi fait un peu de trottinette sous surveillance bien entendu.

J'aurai pu la protéger de tout, lui "interdisant" de faire telle ou telle chose de peur qu'elle se recasse les coudes ou autre chose mais elle reste une petite fille de 7 ans qui a envie de jouer, de faire comme tout le monde alors on l'aide à le faire et on lui explique que ce n'est que temporaire, que bientôt elle pourra de nouveau tout faire toute seule.

Et puis un matin, elle s'est levée de mauvais poil, en hurlant et en jetant tous ses doudous...Je me suis énervée aussi parce que je ne comprenais pas pourquoi elle hurlait de si bon matin et puis elle a pleuré, frustrée de ne pouvoir rien faire et je me suis calmée  parce qu'elle avait de la tristesse dans son coeur et que le seul moyen de la faire sortir c'était de crier et de pleurer alors je l'ai consolée comme j'ai pu et au bout de quelques minutes, le calme est revenu.

Les prochains jours, les prochaines semaines risquent d'être difficiles avec la reprise de l'école, le regard de ses copains/copines, le regard des adultes aussi, les examens/contrôles à faire pour ses petits coudes, et aussi un peu de rééducation à faire pour son bras droit...

Mais on l'accompagnera pendant ce ou ces quelques mois d'immobilisation et aussi de frustration pour que ces petites coudes se remettent bien et qu'elle n'en garde j'espère aucune séquelle. Je vous avouerai que j'ai plus d'inquiétude pour le côté droit car le chirurgien ne m'a pas caché qu'il y aura peut-être une petite intervention à faire...Verdict lundi prochain lors de la prochaine radio...

En tout cas, c'est bizarre comme tous ces petits riens du quotidien deviennent si compliqués quand on ne peut pas se servir de ses bras...Par chance même si les deux coudes sont touchés, elle peut en bouger un ce qui nous permet de faire autre chose que de se caler dans le canapé à regarder à longueur de journée des dessins animés. Mais j'avoue qu'ils me sont par moment d'une grande aide surtout quand je dois préparer à manger ou faire le ménage.

Un article un peu décousu mais j'avais besoin d'en parler...