Après avoir un peu perdu mon temps avec ce cher Christian Grey (et je ne sais pas pourquoi je me suis entêtée à les lire jusqu'au bout), je retourne tout gaiement à la médiathèque pour faire le plein de livres à lire. Et finalement en ressort quasi bredouille...j'avais quelques idées en tête et finalement je repars avec juste deux livres : Les filles au lion et Nymphéas Noirs.

Le premier était posé là en début de rayonnage et je l'ai pris par curiosité, parce que je n'avais pas trouvé mon bonheur et finalement le hasard fait bien les choses :)

Je vais donc vous présenter "Les filles au lion" de Jessie BURTON.

Les filles au lion

"En 1967, cela fait déjà quelques années qu'Odelle, originaire des Caraïbes, vit à Londres. Elle travaille dans un magasin de chaussures mais elle s'y ennuie, et rêve de devenir écrivain. Et voilà que sa candidature à un poste de dactylo dans une galerie d'art est acceptée ; un emploi qui pourrait bien changer sa vie. Dès lors, elle se met au service de Marjorie Quick, un personnage haut en couleur qui la pousse à écrire.

Elle rencontre aussi Lawrie Scott, un jeune homme charmant qui possède un magnifique tableau représentant deux jeunes femmes et un lion. De ce tableau il ne sait rien, si ce n'est qu'il appartenait à sa mère. Marjorie Quick, à qui il soumet la mystérieuse toile, a l'air d'en savoir plus qu'elle ne veut bien le dire, ce qui pique la curiosité d'Odelle.

La jeune femme décide de déchiffrer l'énigme des Filles au lion. Sa quêteva révéler une histoire d'amour et d'ambition enfouie au coeur de l'Andalousie des années trente, alors que la guerre d'Espagne s'apprête à faire rage."

En toute honnêté j'ai été agréablement surprise par cet ouvrage, j'aurais pu le lire d'un trait si mon sommeil du moment ne me jouait pas de mauvais tour m'obligeant à prendre un demi-cachet pour l'apaiser (petite parenthèse fermée).

Jessie Burton nous entraine tantôt dans les années 60, tantôt dans les années 30 jonglant entre Londres et une finca au fin fond de l'Espagne ; au travers de tous ces personnages imbriqués les uns dans les autres au fur et à mesure que l'on tourne les pages.

On s'attache à Odelle, cette jeune femme de couleur aux proies au regard de ces blancs de peau mais aussi à Olive et à Teresa, à ces histoires d'amour et d'amitié, à ces envies d'être un nom ou de tout simplement s'effacer...

On s'intrigue sur les relations entre les différents protagonistes, on se pose des questions entre les personnages séparés de 30 ans, on devine des liens mais se révèlent trompeurs.

Et finalement, l'auteur nous laisse une part de doute à la fin qui pourrait être frustrante mais qui est judicieusement bien placée à mon sens.

Bref, j'ai tout simplement bien aimé et je pense que je vais prochainement lire son premier ouvrage "Miniaturiste"