A force d'en entendre parler et de le voir passer sur la toile, j'ai fini par me laisser tenter par un de ses ouvrages.

J'avoue avoir été déçu de n'avoir pas pu prendre celui dont la maitresse de Miss K m'avait parlé mais bon, j'en avais quand même déniché un : Nymphéas Noirs de Michel BUSSI.

Nympheas noirs

"Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroires multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels.

Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une veille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps."

Le moins qu'on puisse dire c'est que Michel BUSSI sait planter le décor comme on dit, l'histoire de ces 3 femmes unies par un seul village : Giverny. 3 femmes, 3 générations mais une histoire qui les lient tout autour d'un meurtre étrangement évocateur d'un accident du passé. On s'attache à cette petite Fanette, à ce chien Neptune mais aussi à cette vieille femme qui raconte l'histoire. Cette vieille dame qui semble tout savoir depuis le début sur tous les personnages qui défilent au cours des pages.

J'ai enchaîné les pages et j'aurai pu le terminer en un temps record si la fatigue ne m'avait pas joué des tours à m'en fermer les yeux sur quelques pages.

En tous les cas, j'ai lu la dernière moitié du livre en deux heures cet après-midi tellement l'auteur nous tient en haleine, chaque morceau du puzzle s'assemblant un à un nous incitant à connaitre la fin tout de suite, le dénouement qui doucement se profile. Pour tout vous dire, j'ai même relu certains passages qui finalement deviennent limpides comme une révélation !

Vous l'aurez compris, j'ai adoré et il me tarde d'en lire d'autres ! En plus ça tombe bien ! On retourne à la bibliothèque samedi :)