rdvdmotslamainquibercelenfant

 

Cette semaine EM nous propose de nous pencher sur cette citation :

"La main qui berce l’enfant est la main qui dirige le monde"

William Ross Wallace

 

Voilà ce que cette phrase m'inspire : qu'on peut être doux, comme la main qui berce l'enfant, mais tout aussi ferme, comme la main qui dirige le monde.

Un peu comme cet homme (ou femme d'affaires) qui fait trembler ses paires mais qui dès le retour à la maison, pose sa veste et sa sacoche et devient le plus doux des agneaux.

ça me fait aussi penser à un des mes anciens dirigeants qui était (et est sans doute toujours) très autoritaire et limite faisait peur (en même temps il jouait à merveille son rôle de Directeur sans scrupule) et quelle fut ma surprise de le croiser un beau jour chez le Suédois à faire le foufou avec son bébé (du même âge que ma Miss S) dans la poussette.

Je pense aussi à ce qu'on dit souvent : que derrière chaque grand homme se cache une femme et on peut ainsi voir le grand homme qui dirige le monde et la femme qui berce l'enfant. La femme est considérée comme la conseillère, la confidente, celle qui finalement mène la danse dans l'ombre.

Mais quand je vois le monde dans lequel nous vivons, j'ai du mal à croire que ce soit tout le temps le cas, bien au contraire car je ne peux imaginer qu'une femme puisse être si sans pitié et j'aurais tendance à dire que dans ces cas, la femme est plutôt soumise...

Je rêve d'un monde où les valeurs nobles le dirigeraient, il y aurait alors moins de guerres et moins de souffrances....

Si ce monde pouvait être bercé comme on berce un enfant, peut-être irait-il mieux ?

J'ai juste peur pour mes filles, peur du monde de demain qui en soit ne m'inspire guère confiance...mais je m'efforcerai de continuer à les faire grandir dans le respect d'elles-même et des autres, de leur rabacher à longueur de journée, de dire "Bonjour, Merci et Au-revoir".