keep-calm-i-m-in-transition

Source : keep calm

L'été 2017, mon état de santé psychologique m'empêche de retourner au travail. L'arrêt ne devait durer qu'une petite semaine et au final, il aura duré quasi 11 mois, une année presque entière...

Durant cette année de transition, pleine de doute, de remise en question, de perte d'estime de soi, j'ai appris, réappris à avoir confiance en moi, à accepter l'aide que l'on me proposait de la part de professionnels :

- mon médecin traitant en premier lieu qui a su m'écouter et prolonger mes arrêts autant qu'il fallait
- ma psy à qui j'ai pu me confier sans jugement, qui m'a permis de prendre conscience que j'étais plus victime que fautive, et qui m'aide aussi à me reconstruire.
- ma conseillère pour le bilan de compétences qui m'a accompagné et a confirmé mon choix de reconversion
- la médecine du travail pour avoir trouvé la meilleure solution pour me sortir de cette crise de panique si oppressante.

Durant cette année de transition, j'ai tenté le tout pour le tout, je me suis préparée jour après jour sans trop y croire et pourtant :

Advienne que pourra, l'article où je vous dit tout

Durant cette année de transition, j'ai surtout pris du temps pour moi mais aussi pour elles :

- J'étais cette maman active qui a juste pris le congé maternité basique à chacune de ses grossesses et qui a enchaîné avec un temps plein.
Mon médecin m'a prescrit un arrêt et je me suis mise en pause pour mieux profiter de l'instant présent.

- J'étais cette maman active qui consacrait 50h/semaine à un boulot qui la détruisait à petits feux.
J'ai mis le temps mais petit à petit, semaine à semaine, je reprenais du temps pour moi, du temps pour lire.

- J'étais cette maman active qui partait à 7h30 le matin et rentrait vers 18h le soir et qui par dépit laissait ses filles à la garderie matin et soir.
Le bonheur simple de les emmener le matin et les récupérer à la sortie d'école sauf quand elles voulaient aller de temps en temps à la garderie le soir.

- J'étais cette maman active qui n'osait pas poser des jours de congés pour faire des sorties scolaires de peur de prendre encore plus de retard sur ses dossiers.
D'abord hésitante car triputaire des prolongations de mes arrêts mais au final, je me suis portée volontaire à quasi toutes les sorties scolaires des filles.

- J'étais cette maman active qui n'achetait que des gâteaux industriels pour le goûter
J'ai pris le temps de préparer quelques goûters maison et je continuerai de prendre le temps de le faire même si j'avoue les gâteaux tout prêts c'est quand même bien pratique !

 

 

Cette année de transition m'a permis de faire le point sur ma vie tant sur le plan professionnel que personnel et j'en avais grand besoin !

La page est tournée et un nouvel avenir s'ouvre devant moi et j'y crois !