Il y a un an, j'avais terminé les oraux du CRPE avec beaucoup beaucoup d'appréhension mais j'étais soulagée d'avoir été jusqu'au bout.

Il y a un an, j'attendais désormais les résultats du CRPE avec beaucoup beaucoup d'impatience car c'était mon sésame pour démarrer une autre vie.

Il y a un an, la procédure de licenciement était enclenchée pour m'apporter la délivrance que je n'espérais plus.

Quelques jours plus tard, mon nom apparaissait sur la liste des admis : un grand soulagement et une immense fierté d'y être parvenue toute seule par mes propres moyens. Une victoire pour moi-même, sur mon burn-out sous-jacent qui m'a pourri la vie depuis tant d'années, pour me prouver que j'en étais capable, que je pouvais enfin réussir un concours 20 ans après un échec cuisant pour la "petite intello" que j'étais.

Et maintenant, après l'euphorie du moment, de savoir que mes résultats m'ont permis de rester dans mon département et d'être à 5 km de chez moi, de profiter pleinement des grandes vacances, il est l'heure de faire un bilan. Un bilan sur ces 12 mois en tant que Maîtresse à mi-temps, le fameux PES (Professeur des Ecoles Stagiaire) : 2 jours en reponsabilité à l'école et 3 jours en formation à l'ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education). En résumé, ce fut une année de folie !!

Déjà je mesure ma chance d'être tombée dans une école "berceau" au top avec une équipe vraiment géniale qui m'a intégrée dès le début et a toujours répondu à mes questions diverses et variées (et sans doute un peu soûlantes parfois).

Je mesure ma chance aussi d'avoir eu une tutrice terrain bienveillante, avenante et de bons conseils.

Ces deux points m'ont permis de passer une année sereinement malgré quelques couacs et je sais qu'il y en aura encore plein d'autres  !!!

Mais revenons plus en détail sur ces 5 périodes qui ont défilé à une vitesse folle !

Commençons par la première période où j'ai pris mes marques face à 23 petites têtes blondes qui découvrent l'école ou presque (à 8 élèves de Moyenne Section près) en même temps que moi. Mais aussi, un retour à la fac où tu comprends dès les premiers jours que ça va être très folklorique...J'avoue qu'au bout d'un mois environ, j'ai craqué parce que je me sentais vraiment démunie face à ces élèves qui bougeaient dans tous les sens et qui m'écoutaient à peine...J'avais l'impression de ne pas être assez attentive à tous leurs faits et gestes et de finalement les mettre en danger...Mais ma directrice a su trouver les mots pour me rebooster et de prendre les choses en main enfin du moins d'essayer d'y parvenir.

Pour la deuxième période, j'ai continué de prendre mes marques avec une contrainte non négligeable : celle de mettre en oeuvre des séquences didactiques pour valider le semestre à l'ESPE. Est-il bon de vous préciser que nullement on vous montre comment s'y prendre...Mais que heureseusement Google est ton ami et que de gentils PE mettent en ligne leurs fiches de prep, programmations et progressions en tout genrre (UN GRAND MERCI à eux au passage !!!). Bref, cette période n'a pas été de tout repos et quelque peu stressante surtout après le nouvel an où j'ai passé la semaine à boucler mes p****s de dossiers...J'ai validé toutes les matières sauf une que je dois refaire pour le 17/06. (Je m'en occupe cette semaine pour être tranquille après, en espérant que j'en ai pas d'autres à rattraper...Verdict dans la semaine).

La troisième période est celle où je commence à me sentir un tout petit peu maîtresse, celle où je commence à saisir le sens du mot "projet", celle où je commence petit à petit à voir au-delà de la semaine à venir mais aussi à apprendre diverses danses à mes piou-pious pour un super bal quelques mois après, celle aussi où je commence à cogiter sur mon écrit professionnel...

La quatrième période est passée à une vive allure aussi, rythmée par les danses à répéter, la chorale à préparer, mon écrit professionnel que j'ai finalisé aux dernières vacances, mon projet sur les émotions (qui au final n'a ni queue ni tête mais c'est pas grave !).

Et enfin cette cinquième et dernière période qui prendra fin dans un peu plus d'un mois, où je me relâche un peu avec la fin des cours à l'ESPE depuis début mai.

D'ailleurs parlons-en de cette formation qui mérite d'être clairement améliorée et adaptée, surtout pour des reconversions professionnelles comme ce fut mon cas. Le seul avantage que j'en retire c'est d'avoir pu échanger avec d'autres sur leur pratique, leur ressenti; de m'être rapprochée de certains d'entre eux avec qui j'espère garder le contact.

Bref, une année où je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer, où j'ai versé quelques larmes, où j'ai paniqué, où je ne me suis pas sentie à la hauteur.
Une année à recevoir des câlins à tout va, qui par moment m'ont fait tomber à la renverse,
Une année à crier, à chuchoter, à mimer pour avoir un petit peu de silence (je cours toujours après d'ailleurs),
Une année à inventer, à reproduire, à essayer, à plastifier, à découper, à créer des supports didactiques,
Une année qui restera à jamais ma plus belle expérience professionnelle, celle d'avoir réalisé un rêve de petite fille, celle d'être devenue maîtresse.

Mais je reste lucide, les enfants d'aujourd'hui sont loin d'être ceux que nous étions il y a une trentaine d'années...tout comme leurs parents ne sont pas du tout comme les nôtres...que le système éducatif évolue aussi plus ou moins dans le bon sens...alors voilà, je ne sais combien de temps j'exercerai ce métier mais je reste convaincue que j'y ai plus ma place que dans celle où je me suis retrouvée tout à fait par hasard ou presque...

 

Je pense avoir dit l'essentiel mais si vous avez des questions qui vous viennent sur le concours, ou sur autre chose, n'hésitez pas !!