Je vous rappelle le principe : on part d'une citation et on décrit ce que cela nous évoque comme j'ai pu le faire ici au #RDVdesmots #1

Pour ce 2e numéro, EM a choisi cette citation :

rdvdmMartinlutherking-768x571

Source : unbrindemaman.com

Qu'est-ce que cela m'inspire ?

J'ai tendance à dire qu'il n'a pas tord et je vais vous expliquer pourquoi.

Remontons dans les années 90 et plus précisément sur cette histoire où j'aurais pu y rester. Je n'ai aucun souvenir des circonstances mais il semblerait d'après témoins que j'ai fait un vol plané de 50m...Je m'en suis sortie qu'avec quelques brûlures et 3 "petits" jours dans le coma...Peut-on ainsi dire que je suis apte à vivre ?

Oui je suis comme une "Miraculée" qui a frôlé la mort mais je n'étais qu'une pré-ado à l'époque avec l'insouciance qui va avec mais aussi les moqueries digne des années collège mais j'ai su m'en sortir pour continuer mon bonhomme de chemin jusqu'au lycée où les idées plus ou moins noires reviennent au galop à vous persuader par moment que vous auriez préféré y rester dans cet accident...

Mais justement, pourquoi étais-je encore là prête à passer mon BAC ? Et je me suis souvenue de ce que j'avais ressenti pendant ma convalescence, de cette envie d'aider mon prochain et de réaliser mon rêve de devenir Pédiatre et pour commencer d'obtenir le précieux sésame...

Deux ans plus tard, suite à mes échecs au concours Médecine, je sombrais dans un état dépressif (certes de courte durée mais quand même existant) puisque déjà pas épaisse j'étais descendue sous la barre des 45kg...J'ai mis du temps à m'en remettre (je me demande d'ailleurs si je m'en suis complètement remise en fait) mais de la même manière, je me suis remise en selle pour faire l'affront aux épreuves de la vie (et pourtant si banales en soi comparé à mes états d'âmes du moment)

Et puis pendant ma période estudiantine, il y a quand même quelque chose qui m'a un peu beaucoup choquée : je ne bois pas d'alcool ou occasionnellement du champagne (je sais j'ai des goûts de luxe lol) alors quand je voyais toutes ses jeunes filles complètement bourrées au cours de ces soirées, à ne pas savoir ce qu'elles faisaient et à vomir dans tous les recoins, je me demandais bien quel était l'intérêt de picoler autant et de s'éclater dans un tel excès...J'avoue que pousser à l'extrême on peut prendre vite conscience de la mort (ou pas) mais est-ce pour autant qu'on est apte à vivre ? J'en reste dubitative...

Faisons maintenant un bond d'une dizaine d'années en 2010 plus précisément, cette année où je suis devenue Maman pour la première fois et où la vie prend un tout autre sens, celui d'accompagner ce petit être si fragile et se dire que s'il lui arrivait quelque chose on pourrait en mourir...

Et en 2012, à la naissance de Miss K où Mister P s'imaginait déjà à élever seul nos deux petites filles quand il m'a vue partir dans les vapes suite à une hémorragie (j'avoue j'accumule un peu...).

Bref, mon rapport à la mort est quelque peu déroutant car tantôt je m'efforce de vivre voire survivre et tantôt de la laisser me tenter...Fort heureusement, l'amour de mes proches et la prise de recul que j'arrive enfin à faire m'aide à sortir la tête de l'eau.

 

Et je terminerais par ceci :

Le propre de l'être humain comme de tout être vivant est quand même de mourir tôt ou tard, c'est une fin indéniable en soi, qu'on ne peut ni échapper ni contourner.

Alors voilà comment je comprends la citation :

"Si l'homme n'a pas encore découvert qu'il mourra" à savoir s'il n'a pas été confronté à des aléas de la vie tels un grave accident, une grave maladie, la perte d'un être cher

"Alors il n'est pas encore apte à vivre" à savoir qu'il ne peut pas encore prendre conscience de la vraie valeur de la vie et de tout simplement profiter de l'instant présent.

 

Donc voilà comment je concluerai ma 2e participation au #RDVdesmots

La vie ne tient qu'à un fil, il peut se rompre à tout moment alors profitons de ces petits bonheurs qui nous semblent si rares et pourtant si présents.

Je vous laisse avec un extrait du fabuleux filme "Le cercle des poètes disparus"

Carpe Diem - La société des poètes disparus